A écouter :
 
Il n'y a rien de plus poignant et d'émouvant que de tomber sur de vieilles lettres de nos grands parents.
En l'espace d'une lecture de lettre, ils sont encore bien vivants, si loin certes mais pourtant si proches...
 
Je viens de tomber par hasard sur cette lettre échangée il y a plus de 73 ans entre ma grand-mère alors infirmière à la Croix Rouge et mon grand-père son filleul de guerre, qu'elle connaissait depuis quelques années déjà et à qui elle allait penser pendant toute la durée du conflit en envoyant courriers et tricots...
A la lecture de la lettre, ce qui frappe, c'est l'impression d'être avec ma grand-mère quand elle l'écrit. Je me suis dit que je partagerais bien quelques passages avec vous, partager ce que pouvait être la vie d'une jeune femme dans le Nord de la France au printemps 1940...
 
"Il est 13h15 et nous sommes en alerte. Ce n'est que la troisième depuis ce matin, il y a une diminution déjà notable avec les jours précédents. Quel triste lundi de Pentecôte alors qu'il aurait pu être si agréable. [...] Tous nos projets sont malheureusement renversés. Tous les évènements se sont chargés de bouleverser d'autres projets beaucoup plus importants que les nôtres. La journée d'hier s'est passée sans incident notable sauf sept ou huit alertes. [...] Je viens d'interrompre ma lettre quelques instants car deux parachutistes viennent d'atterrir dans le quartier. Monsieur le Curé dit les avoir vus derrière le patronage. Nous avons été jusque là mais bien entendu ils n'avaient pas attendu après nous. Les Anglais cherchent et ont peut être déjà arrêté ces deux Allemands. Nous ne parlons pas encore d'évacuer et j'ai moi aussi le ferme espoir que cette grande épreuve sera épargnée aux gens du Nord, si courageux et si résolus devant les évènements actuels. [...] Peut-être en ce moment êtes vous dans la région ? Ou peut être voyez-vous déjà les horreurs de la guerre ? A l'arrière nous pensons bien à tous nos vaillants défenseurs, et tous, nous sommes persuadés que cette guerre se terminera par une brillante victoire. Et nous attendons le grand jour avec une grande confiance. Quelle fête ce sera alors ! Et quelle délivrance pour tout le monde. Esperons fermement que ce jour est proche et certain. Je vais maintenant reprendre ma couture, je fais en ce moment des chemises pour les blessés que nous soignerons à la Fraternité. Plusieurs trains sont déjà arrivés dans les environs aussi je m'attends à être appelée d'un jour à l'autre..."DSC05822.JPG
Retour à l'accueil