Voici la dernière partie de "Paris pendant la guerre". J'ai vraiment apprécié travailler sur ce sujet, cela a permis de faire pas mal de recherches et d'approfondir des connaissances...  J'espère de tout coeur que cela vous a intéréssé ! Ce n'est pas un sujet forcément gai, on y parle souvent de tortures et de morts, mais nous ne pouvons pas passer à côté de cette sombre période de l'Histoire, de notre Histoire...

Si vous regardez "Résistance" depuis le 19 mai sur TF1, vous vous rendrez compte que des noms et des lieux reviennent souvent, ainsi on y parle du Réseau du Musée de l'Homme, est mentionné Jacques Bonsergent... A ne pas manquer vraiment ! 

 DSC05828.JPG

16ème arrondissement :


- Rue de l'Albony = Yeo Thomas était un agent britannique du SOE et il fut parachuté en France à plusieurs reprises notamment pour libérer Pierre Brossolette et Emile Bollaert. Malheureusement ce 21 mars 1944, il est attrapé. Il sera torturé puis envoyé à Buchenwald. Il en sortira vivant.


- 2 rue de Bassano = se trouvait là un dépôt qui servait essentiellement pour entreposer les objets de luxe volés aux familles juives. Ce lieu funeste était également le centre d'interrogatoire de la Gestapo (ici fut interrogé Olga Bancic, membre du MOI et du groupe Manouchian qui fut envoyée en Allemagne pour y être exécutée. Au 114 de la rue du Château d'Eau dans le XIVème, se trouve une plaque en sa mémoire). Mais également un lieu de rassemblement annexe à Drancy pour la déportation des Juifs.


- 36 rue Chardon Lagache = Arlette Lejeune, membre du réseau Cohors-Asturies avait un studio à cette adresse qui servit énormément à la Résistance.


- 65 rue Chardon Lagache = le 16 août 1944, il y eut plusieurs assassinats à divers endroits de la capitale par la Gestapo de résistants à qui l'ont avait tendu un piège. Ils furent assassinés à la cascade du Bois de Boulogne. Rue Chardon Lagache, un garage, qui servit de chapelle ardente aux corps des massacrés. C'était quelques jours avant la Libération de Paris... Serge Marcheret avait infiltré la Résistance en se faisant passer pour un agent, en fait il travaillait pour la Gestapo. Voici un lien qui détaille cette sombre journée : http://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/guet-apens-porte-maillot


- 3 bis place des Etats-Unis = cet endroit était une annexe de la Gestapo qui servait essentiellement aux interrogatoires et à la torture. A quelques 5 minutes à pied du triste 93 rue Lauriston. Surnommé la Carlingue.


- 80-84 avenue Foch = un autre lieu réquisitionné par la Gestapo. Jean Moulin fut interrogé et torturé ici. Pierre Brossolette, haute figure de la Résistance, est interrogé le 22 mars 1944 (voir plus haut Rue de l'Albony). Plutôt que de parler, il préfèrera se jeter par la fenêtre et meurt de ses blessures le soir même.


- 34 rue Nicolo = le 28 septembre 1943, Marcel Rajman membre du groupe Manouchian manque son attentat contre le commandant du Grand Paris, le général Von Schaumburg en représailles de la mise à mort de camarades résistants. Il tue par erreur le chef du STO en France, Julius Ritter. Cet acte sera jugé abominable et pour marquer cela, des obsèques officielles auront lieu afin de montrer à quel point cet acte était intolérable. Une plaque commémorative se trouve au domicile qu'occupa Marcel Rajman au 1 rue des Immeubles Industriels dans le XIème. Marcel Rajman sera fusillé avec ses camarades au Mont Valérien le 21 février 1944.


- 24 avenue du Recteur Poincaré = bureau de recrutement de la Waffen SS française

 

17ème arrondissement :


- 17 avenue Paul Adam = Yves Le Tac, résistant, vivait ici. Il a vite rallié la cause gaulliste et a mis en place le réseau Overcloud qui consistait surtout à maintenir les contacts entre l'Angleterre et les résistants. En février 1942, son frère et lui seront dénoncés et attrapés par l'Abwehr qui les enverront en camp de concentration. Yves le Tac en sortira vivant malgré le typhus qu'il avait attrapé.


- 1 avenue de Villiers = Suzanne Olivier, agent de liaison de Jean Moulin est arrêtée à la sortie du métro Villiers. Elle sera arrêtée en avril 1944 et envoyée en camp de concentration. Elle en réchappera.


18ème arrondissement :

 

- Place du Parvis du Sacré Coeur = le 23 juin 1940, Hitler est à Paris. Pour la seule et unique fois. Après un parcours de 3 heures, c'est ici que se finit sa visite de la capitale nouvellement déchue.

 

19ème arrondissement

 

- 5 avenue Debidour = à cette adresse, l'appartement de deux réfugiés autrichiens, Henriette et Gricha, qui servait de planque aux résistants allemands et autrichiens.

 

- 7 rue Georges Lardennois = Theodor Dannecker, représentant d'Himmler à Paris est chargé de la "question juive". Ici se trouvait une des maisons créées pour les enfants juifs dont les parents ont été déportés. Ces maisons furent créées par les nazis.

 

- 95 boulevard MacDonald = la responsable de la propagande du PCF, Suzanne Masson vivait ici. Elle sera condamnée à mort et sera décapitée en 1943. Son souvenir est liée à une autre résistante, France Bloch-Sérazin, elle aussi décapitée au même endroit, à la prison de Hambourg quelques mois plus tôt.

 

20ème arrondissement :

 

- 119 boulevard Davout = en tant que Calaisienne, j'ai souvent entendu parler de Félix Cadras. Déjà parce qu'il y a une rue et une école qui portent son nom mais aussi parce que c'était une figure locale investie dans la politique. Il était communiste. Au début de la guerre, il est mobilisé. Lors de la débâcle, ne souhaitant pas être fait prisonnier par les Allemands, il entre dans la résistance. Il sera arrêté en février 1942 et sera fusillé le 30 mai. Cette adresse dans le XXème arrondissement était sa planque.

 

(Source : Paris Révolutionnaire)

Retour à l'accueil