Jean Perdu vit à Paris. Il a une cinquantaine d’années, il est célibataire. Il vend des livres sur un bateau péniche surnommée la « pharmacie littéraire » car Jean soigne les maux des clients par les mots. Il sait sonder les âmes et vendre le livre qu’il faut au moment où il faut, il peut parfois refuser une vente de livre car le client n’est pas prêt à le lire, Jean sait ça.

Mais surtout Jean survit depuis 20 ans. Il a aimé Manon, il l’aime toujours, mais elle s’est mariée à un autre, ils ne se sont pas revus mais Jean ne s’en est jamais remis. Si bien qu’il n’a plus connu de femme depuis Manon.

La_Lettre_oubli_e_c1_large.jpg

Un jour Catherine arrive dans son immeuble. Elle ne possède plus rien. Jean va lui donner une table qu’il avait oubliée depuis longtemps. Et dans le tiroir, une lettre de Manon qu’il n’a jamais ouverte. Là il découvre qu’il y a vingt ans, elle était très malade. Jean est bouleversé de l’avoir perdue une seconde fois.

 

Sur un coup de tête, il part avec sa péniche qui n’a jamais quitté les quais parisiens sur les fleuves et canaux de France vers Manon et sa Provence. Il doit savoir ! Max, son voisin, écrivain célèbre mais pertubé par cette notoriété va l’accompagner.

 

Tout le long du chemin vers le sud, nous suivons les compagnons de fortune qui vont se découvrir, se révéler, briser les chaînes des silences et des non dits tout en faisant connaissance d’autres personnes. Une vraie quête intérieure qui les mènera jusqu’en Provence.

 

Le livre est superbement écrit, des tas d’émotions et de sentiments se bousculent, Nina George nous décrit un voyage qui nous donne nous aussi envie de tout plaquer sur un coup de tête pour découvrir la vie. Je n’ai pas accroché à l’histoire au début. Jean a ce côté agaçant de celui qui se laisse aller. On a juste envie de le secouer un peu et de lui dire : "c'est bon, tu as assez perdu de temps comme ça, fais quelque chose, tu as encore des années à vivre, tu as assez gâché les dernières comme ça !" Pourtant, il va se révéler au fur et à mesure du livre, et heureusement !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil