A écouter :















 


Un petit retour aux sources bien agréable le temps de deux jours en goguette avec ma mère ! 


 


Pour commencer direction Roubaix. En bus c'est mieux pour voir le paysage et les communes qui font de Lille et des environs
une métropole de plus d'un million d'habitants. Quand on a sa maman qui est née et a grandi à Roubaix c'est un avantage car elle a toujours des anecdotes à distiller ça et là : des
maisons où elle gardait des enfants, les balades au parc Barbieux, des histoires du passé sur mes arrières grands parents et mes grands parents (ils travaillaient dans les bureaux des
usines de textile qui ont connu une période faste dans la première partie du XXème siècle). 


     


Nous aimons aller à Roubaix pour visiter sa fameuse Piscine : un pur bijou art déco qui fut une piscine dans les années
30 jusque dans les années 80 avant de fermer pour des raisons de sécurité. Elle fut réhabilitée en musée en 2001. Ma mère y apprenait à nager dans les années 60 :
l'émotion des souvenirs est toujours palpable. J'aime les écouter. C'est un vrai voyage dans le temps.


Pour plus de renseignements, je vous propose de lire mon article pour Folie Vintage sur la
Piscine 


      


Le musée abrite également le restaurant Meert dont la réputation tient surtout des gaufres à la vergeoise que le Général de Gaulle adorait
déguster. (www.roubaix-lapiscine.com)


 


 


Nous avons déjeuné à Envies de Saison rue Jean-Baptiste Lebas dans un décor fascinant : hauts plafonds et grands volumes, chaises
à caractère industriel, décor faux vieillot rétro très charmant!(www.enviesdesaison.fr)


 


Retour à Lille et ensuite dîner dans le Vieux Lille. A cette époque de l'année, les rues deviennent piétonnes pour
la plupart et le calme règne un peu, les gens semblent tous partis en vacances : à nous la ville !


Direction rue de Gand. Par hasard nous tombons sur un restaurant à la décoration XVIIIème siècle et du Nord : un peu toile de
Jouy, chandeliers et vieux sièges et des casseroles en cuivre accrochées au plafond. Les menus et les plats sont entre autres du terroir et à des prix très raisonnables. Je me suis
régalée d'un potjevleesche accompagné de frites maison et d'un verre de vin blanc de Mâcon, puis en dessert une épaisse tranche de pain perdu caramel beurre salé.


Le restaurant s'appelle au XVIIIème (tiens donc !): www.ledixhuitieme.fr


       


       


Retour à l'hôtel en passant devant le Beffroi de la Chambre de Commerce et du Moulin d'Or, bonneterie-corseterie convertie depuis
en café qui accueillit la scène du restaurant dans "Bienvenue chez les Ch'tis".


 


Le deuxième jour fut consacré au lèche vitrine dans une ville désertée ce qui est très agréable malgré tout, la tête en l'air à
regarder les façades. Puis ce fut l'heure de partir. Avec un pincement au coeur cela va sans dire...


 
Retour à l'accueil